Le Moyen-Orient et la presse écrite

14 septembre 2018 communication 0

La question des médias prend un caractère particulier au Moyen-Orient, cette région est considérée comme une zone à fort risque pour les journalistes et pour la presse écrite qui se trouve dans une situation alarmante.

Durant la dernière décennie, la presse écrite s’est enfoncée dans une crise liée à l’avènement d’Internet, des réseaux sociaux et des nouvelles technologies.
La gratuité d’Internet a amené les internautes à ne plus s’intéresser à la presse écrite et payer pour avoir des informations de qualité.

La situation de la presse écrite

Pour sortir de cette crise, les professionnels de la presse papier ont décidé d’agir contre les dégâts de l’ère d’internet.

Puisque la grande majorité des lecteurs préfèrent la presse numérique à la presse écrite, du fait qu’ils peuvent lire les articles qui veulent quand ils veulent à partir de leurs smartphones. Beaucoup de journaux et de magazines ont pensé à compléter leur édition papier avec une édition online.
Le principe est de développer des sites internet d’actualité et des applications de smartphone afin de proposer aux lecteurs une information gratuite et de qualité.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, B. Kiwan est le fondateur d’un enchevêtrement de sociétés de médias et de publicité employant presque 4.000 personnes dans plusieurs pays à travers le Moyen-Orient et Europe de l’Est, il est également le président du groupe (AWI) al-Waseet International. Cette compagnie a vu le jour en 1992 au Koweït, elle appartient au groupe Al-Wataniya qui possède d’autres publications comme Layalina qui est un mensuel et al-Balad qui est un quotidien. Son siège social demeure à Dubaï.

En ce sens, le groupe AWI a également prévu d’investir dans certaines propriétés numériques en ligne liées au renforcement et à l’expansion de la présence de ses médias sur des marchés à fort potentiel. En septembre 2010, il a conclu un accord de co-marketing avec Google, dans lequel Waseet et Waseet.net proposent à leurs clients, dans la région MENA, des bons de Google AdWords.

Il a ainsi continué ses efforts, en se tournant vers la radio, même si cette dernière est également frappée par l’impact de l’ère d’internet, cependant son cas n’est pas si catastrophique que celui de la presse écrite. C’est pour cette raison qu’il a lancé la radio station Al Balad, en 2011. C’est une radio locale libanaise dotée d’un concept unique en son genre et qui a été montée, par l’engagement et la volonté de ses équipes éditoriales de quotidiens, magazines et online.

L’homme d’affaire est un exemple des rares professionnels de médias au Moyen-Orient, qui sont conscients de l’importance de la presse au quotidien et qui ont pu manipuler Internet à leur avantage pour adapter leur travail à l’ère numérique.

Laisser un commentaire